astrodessin

Stellarzac © Tous droits réservés  Frédéric Géa. Reproduction même partielle interdite sans autorisation.

Réalisé avec Serif Web+. Contact | Conditions d’utilisation

artisan fabricant de télescopes - gite observatoire astronomique

Entretien avec Fred Burgeot

Où l’on voit le gain en résolution.

Le 1er mai 2013  par conditions de transparence et de seeing excellentes. La couleur cyan était frappante. Grossissements 460X et 600X. Sans filtre.

NGC 3242, le "fantôme de Jupiter"


couple de galaxies dans la Coma de Bérénice. Au T1m de Stellarzac (février 2017). Grossissement 345X.

NGC 4676 A et B "les souris"


M42 (région centrale) au T1m de Stellarzac (février 2017). 265X et 345X, sans filtre.

Quelles sont les qualité d'un dessin astro  ?

Comme pour toute forme de dessin, il faut être fidèle dans le trait, respecter les formes et les proportions, mais aussi faire ressentir la matière, le volume.


Est-il nécessaire de prendre des cours de dessin pour se lancer ?

On peut ne jamais avoir suivi aucun cours de dessin (comme la plupart des astro-dessinateurs) et s'en sortir tout à fait honorablement. C'est l'observation qui fait la qualité du dessin plus encore que la technique de l'exécutant.


Quelle est la spécificité du dessin astro  ?

Les conditions d'observation et du dessin sont plus difficiles qu'en plein jour et/ou en salle. Les détails se révèlent moins facilement.  En effet, l'image observée est le plus souvent petite et peu lumineuse, ou floue, ou peu contrastée, ou tout ça à la fois. Le cerveau travaille dans des conditions inédites, et il faut véritablement l'éduquer à décoder le stimulus envoyé par l’oeil. C'est l'expérience qui fait progresser dans ce domaine.


Quelle approche as-tu choisie pour le dessin du ciel profond  ?

Plutôt que de dessiner avec des crayons clairs sur papier noir, je préfère tracer mon croquis sur papier blanc, en «négatif». Ainsi, les formations qui sont vues brillantes sont dessinées sombres.


Pourquoi procéder ainsi ?

Parce que je trouve que les possibilités graphiques sur papier blanc sont bien plus étendues, et parce qu'il n'est pas évident de voir sa feuille noire dans l'obscurité ! Une fois le dessin scanné, j'inverse les couleurs pour retrouver une nébuleuse claire sur fond noir.


 1. Ne pas hésiter à retailler le crayon aussi souvent que nécessaire pour garder la finesse du tracé; le mieux est d'utiliser un taille-crayon à manivelle, il ne casse pas la mine.
Pour le graphite, le porte-mine HB 0,5 a le gros avantage de toujours donner un trait vraiment fin, point besoin de retailler la mine dans la nuit.


 2. Pour garder la vivacité des couleurs vues à l'oculaire, je ne colorise pas les dessins planétaires par-dessus le croquis au graphite, mais je les esquisse directement en couleur. Pour les planètes je dessine en positif !


 3. Quant au ciel profond, il y a des cibles qui sont incontestablement colorées, comme M42 ou nombre de petites nébuleuses planétaires lumineuses. Dans ce cas un dessin en noir et blanc est presque un gâchis ! La difficulté consiste à trouver la teinte de crayon qui, une fois numérisée et inversée, restitue la nuance perçue à l'oculaire.
Pour cela,  je me suis fait un nuancier que j'ai inversé aussi. J'ai écrit la couleur obtenue sur le flanc du crayon me permettant de choisir le bon dans le noir.


 4. Ne négligez pas l'éclairage. L'idéal serait une lampe à LED du type liseuse, dont on peut régler l'intensité avec un potentiomètre. Le fin du fin est de pouvoir basculer d'un éclairage rouge (pour le ciel profond) à un éclairage blanc (pour les planètes).


 5. Le confort a aussi son importance : Le froid, une mauvaise position, autant de détails qui nuisent à la concentration.


Quel matériel de base faut-il pour débuter?

Au minimum , du papier d'imprimante  et un porte-mine tout ce qu'il y a de plus banal, une gomme et une planchette éclairée par une liseuse à lumière atténuée.

A présent, ma préférence va vers du papier plus épais, car il encaisse mieux l'humidité qui ne manque pas d'imbiber les papiers trop légers. Par contre, le papier épais qu'on peut trouver sur le marché a le plus souvent un grain que je n'apprécie pas. J'ai trouvé en magasin d'art du papier à grain fin, comme du papier imprimante à 160 g/m².
Une classique gomme en plastique blanc, qu'on peut tailler et ainsi gommer précisément de petites zones. N'oublions pas qu'une gomme n'est pas qu'un outil de correction, mais aussi un outil de dessin : elle sert à faire apparaître une zone plus claire que le reste. Cela sert aussi bien pour les planètes que pour les objets nébuleux, pour le graphite comme pour le crayon de couleur.

Fred_burgeot_dessinant_à_stellarzac materiel_de_dessin_astronomique gain de résolution entre un dobson 400mm et un dobson 1m Astuces d’expert Astro dessin Quelques croquis  réalisés à Stellarzac Du point de vue matériel Astrodessin - le livre

Fred Burgeot a participé à la rédaction du livre astrodessin, ouvrage de référence concernant le dessin astronomique et l’observation visuelle.



astrodessin_le_livre

M42 la "grande nébuleuse d’Orion"

Retrouvez les dessins de Fred Burgeot sur son site personnel http://fredburgeot.fr/